Le récit de l’épisode selon Elie Benoist

Le premier récit de l’épisode des projets de réunion des années 1684-1685 est dû à Élie Benoist dans l’Histoire de l’édit de Nantes. Étant donné l’importance que constitue cette compilation monumentale, la version de l’ancien pasteur d’Alençon apparaît comme fondatrice, même si l’étude du dossier historiographique mettra en lumière le fait que plusieurs d’informations données dès 1695 n’ont pas retenu l’attention des historiens. Nous verrons qu’elles entrent singulièrement en résonance avec le corpus manuscrit réuni.

Dans la chronologie de Benoist, l’épisode intervient dans les premiers moments du livre XXI de la partie III, qui prolonge le livre XX consacré à l’année 1684. Dans son récit, le pasteur indique qu’il parlera « ailleurs » d’un des acteurs de l’épisode, le ministre Cheiron. Sont donc ici proposés les deux extraits de l’Histoire de l’édit de Nantes, d’une part le récit proprement dit du projet de réunion de 1684-1685 et le passage relatif à Cheiron et son collègue Paulhan.

Note du 9 août 2020 : cette page sera actualisée lorsque je commencerai à publier les notices biographiques des acteurs cités par Benoist : j’intégrerai les liens hypertextes vers chaque notice biographique.

Élie Benoist, Histoire de l’Édit de Nantes, contenant les choses les plus remarquables qui se sont passées en France avant et après sa publication, à l’occasion de la diversité des Religions : et principalement les contraventions, inexecutions, chicanes, artifices, violences, et autres injustices, que les Reformez y ont souffertes, jusques à l’édit de révocation en octobre 1685. Avec ce qui a suivi ce nouvel Edit jusques à présent. Tome Troisième, Troisième partie ; qui comprend ce qui s’est passé depuis l’an 1683, Delft, Adrien Beman, 1695, p. 708-713 et 815-817. [les numéros de page ci-dessous renvoient à la version numérisée de l’ouvrage sur Gallica]

[708] Projet de reunion. Au milieu de ces afflictions generales, il y avoit encore un autre piege qu’on tendoit aux Reformez. Comme on ne doutoit point qu’ils ne prissent la premiere porte par laquelle ils pourroient avec honneur rentrer dans la Communion Romaine, on remit encore sur le bureau les anciens projets de reünion. La Marquise Des Portes et l’Intendant d’Aguesseau renouvellerent cette proposition dans les Cevennes, dans le Vivarais et dans le bas Languedoc. On dit qu’ils avoient gagné dix-sept Ministres des Cevennes, quelques-uns du Languedoc, et du Vivarais et d’autres de divers lieux, jusqu’à des Ministres d’Alais, de Mompellier de Montauban, de Tours, d’Orleans et de Paris même. Plusieurs de ceux dont ils se vantoient d’avoir les signatures entre les mains, ont toûjours nié constamment de les avoir données : et protesté que c’étoit un artifice, dont les promoteurs de ce dessein se servoient pour éblouïr les autres Ministres, par les noms celebres de ceux qu’ils assuroient qui approuvoient le projet. Ce qu’il y a de veritable et de confessé, est qu’ils avoient parlé à quelques-uns de ces Ministres ; et qu’encore qu’ils n’eussent pu leur faire goûter leur dessein, ou qu’ils n’eussent reçu d’eux que des promesses generales d’y contribuer, autant qu’ils le pourroient sans blesser leur conscience, ils se servoient neanmoins de leur nom pour tirer plus facilement le consentement des autres. Ceux qu’on sait certainement qui avoient signé les articles de cette reünion étoient Du Cros et la Coste, gens sans merite et sans nom, qui changerent de Religion peu de tems après. La Marquise avoit fait diriger ce projet par l’Abbé de la Vergne, Janseniste, en qui elle [709] avoit une extrême confiance. On dit que s’étant chargé de porter à la Cour l’original de ce plan, signé des Ministres gagnez, il se noya au passage de la riviere de Cese, qui étoit alors fort grosse, et que la cassette où étoient ses papiers perit avec lui. L’intendant chargea vers la fin de cette année Bagnols, habitant de Mompellier, de communiquer de sa part une copie de ce projet à Cheiron, Ministre de Nîmes, de qui je parlerai ailleurs. Par ce moyen le projet fut mis en deliberation entre plusieurs personnes qui le rejetterent ; et temoignerent qu’on ne pouvoit entendre à de telles propositions, si premierement le Roi ne faisoit cesser les vexations ; et n’obligeoit le Clergé à laisser les Eglises en repos. Ce refus n’empêcha pas l’Intendant de revenir encore à la charge ; et d’avertir que si les Reformez vouloient éviter les maux dont ils étoient menacez, il étoit tems d’accepter cette ouverture d’accommodement, qui en étoit le seul remede. Bagnols lui rapporta encore la même reponse ; et peu après l’Intendant se servit encore de lui pour faire voir aux mêmes personnes une profession de Foi, qu’on lui avoit envoyée du Conseil, et qui contenoit, sans en rien rabattre, l’approbation de tous les dogmes, et de tous les cultes de l’Eglise Romaine. De sorte que ce changement dans les desseins de la Cour, dont je pourrai dire ailleurs les raisons, arrêta tout d’un coup ces negociations dangereuses.

On a vu courir diverses copies de ce projet, qui convenoient toutes dans le nombre de dix-huit articles, quoi que dans toutes ils ne gardassent pas le même rang, et n’eussent pas la même étenduë. Mais dans celle qui m’a paru la plus nette et la mieux dressée, le premier article et le second vouloient qu’on ne disputât du Purgatoire ni pour ni contre ; qu’on parlât peu de l’état des ames après la mort ; qu’on n’associât point au merite de Jesus-Christ les œuvres que les Scholastiques appellent penales et satisfactoires : et qu’on les regardât seulement comme des devoirs chrêtiens, et des parties de la condition imposée aux fideles par l’Evangile. Le troisiéme portoit qu’on reduiroit la permission des Images à leur usage historique, soit dans les lieux publics, soit dans les maisons particulieres : de quoi les Predicateurs seroient chargez d’avertir le peuple ; et qu’on retrancheroit les representations de la Trinité. Il y avoit dans quelques copies un article [710] touchant les reliques, qu’on disoit qui seroient conservées avec respect, quand elles seroient bien certaines et reconnuës ; mais qui ne seroient point employées au culte divin, et ne participeroient en rien au Service religieux. Le quatriéme portoit que Dieu seul seroit invoqué ; mais qu’on le pourroit prier d’accorder aux prieres de l’Eglise triomphante les graces que la froideur de nos prieres nous rendoit indignes d’obtenir. Sur quoi je remarquerai en passant, que ces Conciliateurs avoient si mal compris les moyens d’une bonne reünion, qu’ils n’étoient pas d’accord avec eux-mêmes. Dans le premier article, ils vouloient qu’on parlât de l’état des ames après la mort avec beaucoup de retenuë ; ce qui presuppose qu’on n’en peut parler avec certitude : mais dans le quatriéme ils supposoient la question decidée ; une multitude d’ames glorieuses et triomphantes ; des Esprits qui s’interessoient dans les affaires du monde, et qui exerçoient auprès de Dieu une espece d’intercession en faveur des membres de l’Eglise militante. Le cinquiéme article donnoit au Batême et à l’Eucharistie la proprieté du mot de Sacrement, et la preference sur toutes les autres ceremonies ; mais il laissoit le même nom dans un sens plus vague aux cinq autres pratiques dont l’Eglise Romaine fait des Sacremens legitimes[.] Le sixiéme reduisoit la doctrine de la necessité du Batème aux propres termes du Concile de Trente, dont les Canons y étoient citez. Le septiéme autorisoit la doctrine de la presence réelle, dont il declaroit que la maniere devoit être estimée incomprehensible, à cause de quoi il ne falloit ni la definir, ni en disputer. Le huitiéme vouloit que dans l’acte de la Communion, celui qui la recevroit se mît en état d’adoration ; mais que cet honneur fût adressé à Jesus-Christ seul , sans qu’on fût obligé de rendre au Sacrement que la simple veneration qu’on reconnoît duë aux choses saintes, que l’usage de la Coupe fût rendu au peuple, que le Sacrement ne fût point porté en procession, et qu’on pourvût à la Communion des malades, en sorte que le respect dû au Sacrement ne fût point violé, et qu’on n’obligeât personne à se prosterner dans les rues. La maniere d’y pourvoir n’étoit point expliquée ici : mais ceux qui étoient entrez dans ce mystere un peu plus avant que les autres, proposoient comme un expedient qui remedioit à tout, qu’on fit seulement la consecration du Sacrement auprès du malade, afin qu’en allant [711] ou en revenant le Prêtre ne portât rien qui pût être l’objet de l’adoration du peuple. Par le neuviéme ou reduisoit la doctrine du Sacrifice de la Messe à croire qu’il n’y avoit nul autre sacrifice salutaire que celui de la Croix : mais que dans la Messe on en faisoit seulement la commémoration ; l’application aux particuliers, et la présentation à Dieu : grossière absurdité, prise à peu près de la doctrine de l’Evêque de Meaux ; comme si pour jouir du fruit du sacrifice offert à Dieu par son propre Fils, il avoit été necessaire de lui en faire une oblation nouvelle, et pour ainsi dire, de lui sacrifier le sacrifice de la Croix. Le dixième proposoit de corriger les abus de la Confession, avant d’y assujettir les consciences, et en reduisoit l’usage à l’instruction, à la consolation, et à la correction des pecheurs. L’onziéme parloit de la Réforme des Moines, et sur tout des Mendians : et vouloit principalement remedier à la force des vœux irrevocables, par lesquels on s’engageoit à des choses qui passent la mesure ordinaire de la grâce. On entendoit que toutes les Societez de Moines fussent soumises aux Evêques ; et qu’on les réduisit aux règles des Societez anciennes : entre lesquelles on comptoit peu judicieusement, non seulement la Reforme de Bernard Abbé de Clairvaux, mais même les Jesuïtes, et les Prêtres de l’Oratoire. Mais les Conciliateurs vouloient par là se rendre agreables à l’Abbé de la Trappe, qui étoit alors l’admiration de tout le Royaume, par l’affectation de cent pueriles austeritez : n’offenser point les Jésuïtes qui avoient le crédit : et faire honneur aux Prêtres de l’Oratoire, qui se piquoient alors presque tous de Jansenisme. Le douziéme permettoit au peuple de lire l’Ecriture Sainte ; et vouloit qu’au moins tous les Dimanches on en fit la lecture publique dans les paroisses en langue vulgaire. On y ajoûtoit que le chant des Pseaumes se pourroit faire aussi en public, et qu’on se serviroit pour cela de la version la plus grave. Par le treiziéme on prétendoit que les chose saintes fussent à l’avenir administrées gratuitement ; et qu’il ne fût permis ni de les taxer, ni de les vendre ; que pour éviter qu’on ne tombât dans cette faute, on pourvût d’ailleurs à la subsistance des Ecclesiastiques ; et qu’on defendit les bagatelles dont les Couvens font une espece de commerce. Le quatorzième abolissoit les fêtes en apparence ; mais il les retablissoit presque toutes, en exceptant [712] du retranchement celles qui ont du rapport au misteres de la Redemption ; celles des Apôtres ; et celles des Saints et des Saintes des premiers siecles. Le quiziéme canonisoit les decisions de l’Assemblée du Clergé en 1682 touchant le Pape ; presupposant qu’elles seroient immuables ; et qu’on ne donneroit plus au Pontife que le rang de premier entre ses égaux. Le suivant vouloit la supression de toutes les ceremonies dont il n’y avoit point de trace dans la plus pure antiquité : et qu’on fit le même traitement aux Societez et aux Confrairies condamnées par les Parlemens. Le dix-septieme vouloit qu’on se tint à la doctrine de St. Augustin touchant la Predestination et la Grace ; et on associoit l’Evêque de Meaux à ce Docteur. Le dernier enfin posoit que les Ministres demeureroient Ecclesiastiques, à l’exception des bigames, à l’entretien de qui on pourvoiroit d’une autre manière.

Ce projet plein d’équivoques, de promesses illusoires, de lâches accommodemens sur des articles où la conscience ne permet point de rien relâcher, n’étoit pas neanmoins au goût de la Cour ; et les Jesuites dont la doctrine favorite y étoit clairement condamnée, étoient fort éloignez d’y entendre. Cependant on agissoit comme si on avoit eu tout de bon le dessein de concilier les differens : et on ne parloit à Paris même et à la Cour que de conferences amiables pour y reussir. Ces bruits alarmoient extraordinairement le Consistoire de Charenton, que Ruvigni et le Deputé General son fils avertissoient tous les jours de se tenir sur ses gardes, et de se defier des surprises. On attendoit une Assemblée generale du Clergé l’année suivante ; et on ne doutoit point qu’elle ne proposât de conférer sur les moyens de reünion, qu’il n’y eut des Ministres même de reputation engagez à l’accepter ; que s’il étoit nécessaire le Roi ne s’en mêlât, et n’ordonnât d’entrer en conference. Il y avoit une division assez aigre dans ce Consistoire qui empêchoît ses principaux membres d’agir de concert, même dans les choses où ils avoient un même but : de sorte qu’il paroissoit fort difficile de parer le coup, si le Clergé s’avisoit de le porter. Mais plusieurs choses firent juger qu’il y auroit des têtes dures parmi les Ministres, qui ne se laisseroient jamais flechir. Claude avoit éprouvé la mauvaise foi de l’Evêque de Meaux dans une conférence qu’ils avoient euë ensemble pour faire plaisir à une fille de la Maison de Duras, qui avoit dessein [713] […] Mais sur tout il arriva des changmens dans les affaires politiques qui firent changer de vuës au Clergé, et lui firent prendre la resolution de pousser les Reformez à bout par la violence.

[815] Revolte de Cheiron et de Paulhan. Cet arrêt eut des suites fort remarquables à Nîmes. Le Marquis de Montanegres Lieutenant de [sic] Roi de la Province, le voulant faire executer dans cette ville, y fit entrer deux Compagnies de Dragons, et s’y rendit lui-même le vingt-deuxième de Septembre ; et dès le lendemain il fit fermer le Temple : mais il permit avant cela de faire les exercices accoutumez ; et ce fut Cheiron, l’un des Ministres de Nîmes, qui fit ce jour-là les deux actions. Il étoit vehement et pathetique ; et on dit que dans cette rencontre il se surpassa lui-même. Il exhorta son Troupeau à l’amendement de vie, et à la perseverence dans la Religion Reformée […]. Peu de jours après, les troupes ayant commencé leur mission, presque toute l’Eglise succomba : et Cheiron fut un des premiers. Il obtint pour sa recompense le premier Consulat de Nîmes. Il fit tout ce qu’on pouvoit attendre d’un bon Catholique […]. Il fut imité par son collegue [816] Paulhan, homme de peu de merite, mais qui avoit presque toujours paru animé du même esprit que Cheiron. Ils avoient été tous deux suspects d’intelligence avec la Cour, pendant les mouvemens des Cevennes et du Vivarais : et Paulhan avoit porté si loin sa soumission pour les ordres du Roi, qu’il avoit refuté en chaire Icard son collegue, homme plein de zêle et de pieté, qui avoit la principale direction des affaires de sa Province, et la confiance de ceux qui entroient dans le projet, parce qu’il avoit prêché qu’on pouvoit et qu’on devoit se maintenir dans la possession de l’exercice public, sans avoir égard aux defenses de la Cour. L’opposition où ces deux hommes se trouvoient toujours contre les zélez, avoit donné de grands soupçons de leur bonne foi. On les regardoit comme des gens gagnez, qui servoient la Cour aux depens de leur Troupeau ; et qui attendoient l’occasion de faire quelque coup utile pour leur fortune. Je n’ai point de memoires qui excusent Paulhan : mais il y en a qui le representent comme ayant une bonne opinion de lui même, dans laquelle il n’étoit suivi de personne. Ils disent qu’après son changement il voulut piller l’argenterie de son Eglise, qu’il fut contraint de rendre honteusement : que si avant cela il ne trahissoit pas ses freres, c’étoit plûtôt faute de capacité que d’inclination. Pour Cheiron, il n’en est pas de même. J’ai reçu des memoires de personnes sages et éclairées qui attestent qu’il étoit de bonne foi, et qui en donnent pour preuves la maniere droite et ouverte dont il se gouverna dans les projets d’accommodement ; le zêle qu’il montra jusques au bout dans le service de son Eglise, et la vehemence de sa derniere predication. Mais comme il étoit fier et envieux, il devint jaloux de ses collegues, en qui on avoit plus de confiance qu’en lui. La jalousie le rendit contredisant, et lui fit toûjours prendre le party contraire à celui que ses collegues avoient embrassé. Il avoit de l’ambition : il étoit avare et voluptueux ; et sur tout il se piquoit de galanterie. Après le dernier Sermon qu’il fit, il eut peur de perdre le fruit de ses services ; et ceux qu’il avoit regardez comme ses protecteurs, lui firent craindre que la vehemence de sa predication ne lui attirât quelque disgrace. On dit que ces terreurs le firent tomber, et que comme il n’avoit rien de grand dans l’ame, il s’abaissa, pour faire fortune, jusqu’aux plus honteuses complaisances. Les [817] Catholiques firent neanmoins de grands triomphes de sa conversion : et elle servit de pretexte à la foiblesse de beaucoup d’autres. Pendant l’année de son Consulat il fut frappé d’une apoplexie, qui lui ôta pour quelque tems l’usage de la parole, et qui lui laissa le visage defiguré. Plusieurs croyent qu’il pleure encore en secret sa chute : n’ayant ni assez de dureté pour y être insensible, ni assez de courage pour la reparer. […]

1.3. « La cabale des accommodeurs », retour sur un titre

Le titre de ce carnet utilise une formule consacrée par Jean Orcibal en sous-titre de son fameux Louis XIV et les protestants1 mais qu’il n’utilise pas telle quelle dans la table des matières de l’ouvrage : elle correspond à une section du troisième chapitre intitulé « Réunion ou dragonnades ? ». Elle semble trouver son origine sous la plume d’Élie Benoist dans l’Histoire de l’édit de Nantes.

Dans l’édition originale du Dictionnaire de Furetière, seul le premier des deux mots dispose d’une entrée :

CABALE, signifie figurément, une societé de personnes qui sont dans la même confidence & dans les mêmes interests : mais il se prend ordinairement en mauvaise part. Tous ces gens-là sont d’une même cabale. On le dit aussi des conspirations & des entreprises secrettes, des desseins qui se forment dans cette societé.2

Si « accommodeur » ne figure pas en tant que tel dans le Furetière, les nombreux sens d’accommoder sont recensés3. On notera que dans l’édition actualisée qu’il donne de ce dictionnaire en 1701, Henri Basnage de Beauval, juriste huguenot, n’insère pas le mot « accommodeur »4.

Élie Benoist emploie l’expression « cabale des accommodeurs » à deux occasions dans le livre quatorze de la troisième partie de son grand-œuvre. Le mot « accommodeurs » seul figure déjà sous sa plume pour qualifier les pasteurs iréniques actifs en 16615. Dans la troisième partie, le livre XIII commence en évoquant une dynamique irénique impulsée par Turenne en 1670 et prolongée par la parution de La réunion du christianisme d’Isaac d’Huisseau6. Au fil de ce qu’il présente comme une longue année irénique, Benoist n’emploie pas la formule « cabale des accommodeurs » : il utilise l’expression « projet d’accommodement »7 et le terme « cabale » revient à deux reprises dans le paragraphe conclusif sur l’affaire d’Huisseau8.

Dans son récit de cette année 1670, Benoist fait une prolepse et évoque avant la parution de La réunion du christianisme un événement qui lui est en réalité postérieur9. En 1671, dans le cadre du synode provincial d’Ile-de-France, le ministre Jacques d’Allemagne, pasteur de Sézanne, dans l’actuel département de la Marne, occupe une situation inédite et équivoque10. Alors qu’il est pasteur, il s’y fait nommer commissaire du roi grâce à son réseau familial : marié a Élisabeth de Beauvau, il a pour beau-frère un personnage de l’appareil d’état, vraisemblablement un lieutenant-général11. Benoist explique cette situation par un double motif : d’un point de vue personnel, d’Allemagne a une haute considération de lui-même ; pour le pouvoir royal, lui permettre de tenir ce rôle de commissaire serait la première étape d’un projet de tentative irénique12. Lors du synode, il entend prendre la parole en sa qualité de pasteur, ce que les autres membres de l’assemblée contestent, entraînant l’échec de cette tentative13.

C’est après cette première phase où les deux termes sont utilisés de manière indépendante par Benoist qu’apparaît sous sa plume la formule « cabale des accommodeurs » : la première occurrence est employée lors de l’évocation de l’affaire montpelliéraine impliquant Etienne de Cursol Dumont, la seconde lors de la seconde affaire d’Allemagne, toujours en Île-de-France.

Né catholique, formé chez les Franciscains, Étienne de Cursol Dumont se convertit en 1637 à Genève. Devenu pasteur, il exerce d’abord en Angleterre, puis dans la région de Montpellier et, en 1670, une vacance à la tête de l’Église de cette ville le conduit à y exercer temporairement14. Rapidement accusé de socinianisme, une attaque disqualifiante classique dans la controverse interne au calvinisme15, il se voit interdit de chaire par le consistoire de son Église, décision que le synode provincial valide en 1671. Mais cette confirmation ayant été prononcée après la date de clôture officielle de la réunion de l’assemblée huguenote, le conseil du roi casse toutes les décisions prises à cette occasion. Ce revirement n’a cependant pas de conséquence sur la carrière pastorale de Cursol, qui se convertit au catholicisme. C’est dans la conclusion du récit de cet épisode que Benoist utilise pour la première fois l’expression :

Cet arrêt mit Rommier à la raison ; et Du Mont, prévoyant bien que tôt ou tard il recevroit un pareil affront, laissa peu à peu refroidir sa passion ; et se rangeant à la Religion Romaine, entra dans la cabale des Accommodeurs, qui étoit à présent fort occupée à la corruption des Ministres qui pouvoient avancer le succés de ses desseins.16

L’italique est de Benoist lui-même, qui met ainsi en exergue la formule lors de sa première occurrence.

Deux ans plus tard, le synode provincial d’Île-de-France de 1673 connaît un nouvel épisode de l’affaire d’Allemagne. Cette fois, son beau-frère y est commissaire et d’Allemagne s’y fait déposer17. L’expression est cette fois employée au début du récit :

On tint donc le synode dans cette disposition des esprits et des affaires, et l’ouverture en fut faite à Charenton le quatrième de mai. La cabale des accommodeurs avoit fait de grands efforts pour faire continuer à D’Allemagne la qualité de Commissaire : mais le Député General fut si habile, et si heureux qu’il para le coup, et qu’il obtint que la commission seroit donnée à un autre.18

À chaque fois, l’expression connote négativement l’épisode au cours duquel elle est employée. Elle sert à désigner des acteurs que Benoist n’identifie jamais individuellement et qui ne sont de toute évidence pas les mêmes à Montpellier et en Île-de-France. Ainsi, par cette formule, et alors qu’il souligne le mot désignant les individus lors de son premier usage, il désigne une action venant du camp catholique pour déstabiliser les Églises réformées sans jamais cerner l’origine précise de cette attaque. Les seuls personnages clairement identifiés sont les protestants alliés –considérés comme tel par Benoist – au camp ennemi. Ainsi, si le terme « accommodeurs » peut servir à qualifier des protestants ouverts au dialogue avec les catholiques, lorsqu’il est associé au terme « cabale », ce sont les idées de manipulation et de trahison qui s’imposent. Mais les manipulateurs demeurent dans l’anonymat. C’est précisément l’un des points cruciaux de l’épisode de 1684-1685. Le corpus manuscrit permet d’identifier un certain nombre d’acteurs et donc d’examiner concrètement la question de la manipulation : est-elle réelle ou fantasmée ?

  1. Jean Orcibal, Louis XIV et les protestants. La cabale des accommodeurs de religion. La caisse des conversions. La révocation de l’édit de Nantes, Paris, J. Vrin, 1951, 192 p. []
  2. Antoine Furetière, Dictionnaire universel contenant généralement tous les mots françois tant vieux que modernes, et les termes de toutes les sciences et des arts, La Haye et Rotterdam, Arnout et Reinier Leers, 1690, t. I., p. 349. []
  3. Ibid., t. I, p. 18-19. []
  4. Henri Basnage de Beauval, Dictionnaire universel contenant generalement tous les mots françois tant vieux que modernes, & les termers des sciences et des arts…, par M. Furetière, 2e édition revue, corrigée et augmentée par M. Basnage de Beauval, La Haye et Rotterdam, chez Arnoud et Reinier Leers, 1701, t. I, n. p. Sur l’enrichissement du Furetière par Beauval, voir Sara Graveleau, « Les hérésies sont d’utiles ennemies ». : itinéraire d’Henri Basnage de Beauval (1656-1710), avocat de la République des Lettres et penseur de la tolérance civile, thèse d’histoire sous la direction de Didier Boisson, Université d’Angers, 2018, p. 589-617. []
  5. Élie Benoist, Histoire de l’Édit de Nantes, contenant les choses les plus remarquables qui se sont passées en France avant et après sa publication, à l’occasion de la diversité des Religions : et principalement les contraventions, inexecutions, chicanes, artifices, violences, et autres injustices, que les Reformez y ont souffertes, jusques à l’édit de révocation en octobre 1685. Avec ce qui a suivi ce nouvel Édit jusques à présent. Tome Troisième, Première partie ; qui comprend ce qui s’est passé depuis l’an 1643 jusqu’en 1665, Delft, Adrien Beman, 1695, p. 422. []
  6. Élie Benoist, Histoire de l’Édit de Nantes, contenant les choses les plus remarquables qui se sont passées en France avant et après sa publication, à l’occasion de la diversité des Religions : et principalement les contraventions, inexecutions, chicanes, artifices, violences, et autres injustices, que les Reformez y ont souffertes, jusques à l’édit de révocation en octobre 1685. Avec ce qui a suivi ce nouvel Edit jusques à présent. Tome Troisième, Seconde partie ; qui comprend ce qui s’est passé depuis l’an 1665 jusqu’en 1683, Delft, Adrien Beman, 1695, p. 134-146, sur d’Huisseau à partir de 144. Sur cet épisode, voir (Richard Stauffer, L’affaire d’Huisseau. Une controverse protestante au sujet de la réunion des Chrétiens (1670-1671), Paris, Presses Universitaires de France, 1969, 96 p. []
  7. Ibid., p. 140. []
  8. Ibid., p. 146. []
  9. Ibid., p. 141-143 []
  10. Sur d’Allemagne, voir Eugène et Émile Haag, La France protestante, Paris, Cherbuliez, 1846, I, p. 60 (résument le récit de Benoist) ; Henri Bordier (dir.), La France protestante, seconde édition, Paris, Fischbacher, 1877, I, c. 142 (précise le prénom de d’Allemagne) ; Orentin Douen, La Révocation de l’édit de Nantes à Paris, Paris, Fischbacher, 1894, t. I, p. 313-314 (qui renseigne l’identité de son épouse) ; Maurice Mousseaux, « Implantation géographique et historique de la Réforme en Brie XVIe , XVIIe et XVIIIe siècles» , Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, 119, 1973/3, p. 445. D’Allemagne est né en 1636 : https://gw.geneanet.org/pasteurs?lang=en&pz=theodore&nz=monod&p=jacques&n=d+allemagne. []
  11. Benoist affirme qu’il s’agit secrétaire d’état, mais cela semble improbable. Pour l’hypothèse du lieutenant-général, voir Adolphe Berty (et. al.), Topographie historique du vieux Paris. Région du Faubourg Saint-Germain, Paris, Imprimerie Nationale, 1876, t. 3, p. 172. []
  12. Ibid., p. 141. []
  13. Élie Benoist, Histoire de l’Édit de Nantes…, Tome troisième, Seconde partie, op. cit., p. 142. []
  14. Sur Cursol, voir Henri Bordier (dir.), La France protestante, seconde édition, c. 980-982 (avec une reprise de Haag) ; Abraham Borrel, Histoire de l’Église réformée de Nîmes depuis son origine en 1533 jusqu’à la loi organique du 18 Germinal an X, Toulouse, Société des Livres Religieux, 1856, p. 265-266 ; Didier Boisson, Consciences en liberté ? Itinéraires d’ecclésiastiques convertis au protestantisme (1631-1760), Paris, Honoré Champion, 2009, p. 345-346. []
  15. Voir Nicolas Piqué, « Le socinianisme et la lettre : ou comment se débarrasser d’un fantôme », Astérion, 3 (2005/09), en ligne : http://asterion.revues.org/403. []
  16. Benoit, ibid., p. 218. []
  17. Ibid., p. 262-270 []
  18. Ibid., p. 263. []

1.2. Introduction

L’épisode qui fait l’objet de ce carnet de recherche n’est pas inconnu. Il s’agit d’une tentative de réunion des confessions catholique et calviniste du royaume de France, qui intervient dans les mois qui précèdent la révocation de l’édit de Nantes. Elle se concrétise par une série de textes, manuscrits et imprimés, qui composent un corpus composite et géographiquement dispersé. Dans les manuscrits, un ensemble cohérent porte un titre où l’expression « Projet de réunion des religions » est récurrente.

Dès 1695, Élie Benoist évoque cet épisode dans son Histoire de l’édit de Nantes. En 1788, la publication, dans les œuvres complètes de Bossuet d’un des manuscrits du « projet de réunion », conservé dans ses archives, assure les conditions d’une visibilité accrue pour cet événement. Paradoxalement, il se peut que cette édition ait également contraint l’analyse de l’épisode : l’édition du manuscrit ayant appartenu à l’évêque de Meaux a semble-t-il conduit les historiens à se satisfaire de ce texte.

La réunion du corpus manuscrit relatif à cet épisode permet cependant d’en proposer un réexamen complet, d’en saisir les origines et d’en comprendre la portée vraisemblable. Parmi ce corpus manuscrit, deux ensembles se distinguent : d’une part quatre versions des projets réunions conservés en France et en Suisse et, d’autre part, un cahier réunissant plusieurs textes, dont plusieurs versions des projets de réunion, conservé à la Bibliothèque du Carré d’Art de Nîmes.

Dans l’historiographie contemporaine, l’épisode se trouve évoqué par Jean Orcibal, et à sa suite Émile-Guillaume Léonard, Samuel Mours et Bernard Cottret. Mais l’ignorance du cahier nîmois les empêche d’en avoir une vision globale.

Ce carnet de recherche proposera donc le réexamen de cet épisode en prenant en considération des manuscrits jusqu’à présent inconnus de l’historiographie. La complexité du corpus me conduit à proposer une édition intégrale des sources relative à cet épisode, dont l’essentiel sont inédites. Cette rubrique permettra ensuite de proposer une analyse renouvelée de « la cabale des accommodeurs ».

 

1.1. Prologue – Ego-histoire d’un projet de recherche

Ce carnet ambitionne de faire la lumière sur un épisode de l’histoire religieuse du règne de Louis XIV précédant de quelques mois la révocation de l’édit de Nantes. Si cet objet ne m’est pas tombé entre les mains par hasard, il s’est imposé à moi par l’ampleur du corpus de sources qui le renseigne. La pré-histoire de ce carnet mérite d’être résumée pour en comprendre la raison d’être.

Pendant ma thèse consacrée à Isaac Papin (1657-1709), théologien calviniste, converti au catholicisme en 1690 et devenu janséniste1, je découvre la figure de Marin Groteste Desmahis (1649-1694), qui suit la même trajectoire que Papin à la différence qu’il appartient à la génération précédente et qu’il a été pasteur avant la révocation2. Au fil de ma thèse, la place occupée par Desmahis dans le parcours de Papin apparaît comme cruciale et je dois donc connaître sa biographie pour écrire celle de celui qui fait l’objet de ma thèse. Je réunis ainsi le corpus documentaire relatif à Desmahis, dont une large part est conservée à Orléans, ville où il a passé l’essentiel de sa vie, tant protestante que catholique. Parmi cet ensemble, un petit manuscrit est conservé aux Archives départementales du Loiret. Il est accompagné d’une note qui précise qu’il a « été trouvé dans les Papiers de Monsieur Desmahis ». Mais je connais la main du pasteur converti et de toute évidence, il n’a pas écrit ce texte. Cette identification me le fait mettre de côté : il m’apparaît secondaire pour la connaissance du personnage. Néanmoins, il retient mon attention et, après la soutenance de ma thèse en décembre 2015, je m’occupe de plusieurs pistes, dont celle concernant ce manuscrit.

Un colloque organisé à l’Université d’Angers en 2016 me donne l’occasion d’approfondir son examen. Initialement, je prévois de parler du sujet suivant : « La question de la réunion du christianisme. L’exemple de Marin Desmahis »3. Comme cela peut arriver, lorsque je soumets ce titre au comité scientifique courant 2015, je n’ai qu’une vague idée de ce vers quoi la source que j’envisage d’étudier va m’amener. Dans le cas présent, le résultat final ne correspond en rien à ce que j’imaginais au départ. En effet, lors du colloque, mon texte s’intitule : « Une « cabale des accommodeurs »  en Jansénie : le projet de réunion des années 1684-1685 ». Entre la soumission du projet et la communication présentée, l’expansion du corpus de sources et la complexité de ce qu’il dévoile m’ont conduit loin de Desmahis. Il est toujours présent, mais comme déclencheur de tout autre chose.

Le temps de la recherche est imprévisible. Cinq jours avant le colloque, j’identifie un manuscrit crucial, conservé à la Bibliothèque du Carré d’Art à Nîmes, qui apporte un éclairage inattendu sur l’épisode désormais au cœur de mes investigations. Dans un cours laps de temps, je réécris intégralement mon texte. Je pense avoir globalement cerné ce qui se joue lors de cet épisode, mais bien des questions demeurent sans réponse au terme de ma communication.

Étant donné l’ampleur du dossier constitué et la dérive prise par rapport au thème du colloque, j’écris pour les actes un tout autre texte4 et conserve le dossier de la cabale des accommodeurs en réserve. Je m’occupe d’un autre projet de recherche et l’achève début 2020. C’est alors que je décide de retravailler sur la cabale des accommodeurs, avec un problème de taille. Comment traiter ce dossier ? Je reprends les pistes là où je les avais laissées et découvre que le manuscrit nîmois est désormais disponible sur Gallica. Le format numérique s’impose alors comme une évidence.

Quand j’écris ces lignes en juin 2020, j’ai une idée de la direction générale de ce projet, mais bien des points demeurent dans l’ombre, c’est la raison pour laquelle je n’ai pas repris tel quel le titre de ma communication de 2016. Mon objectif est d’alimenter le carnet de telle sorte qu’il puisse, in fine, être consulté comme un site sur cet épisode et pas seulement comme la trace de l’évolution son étude. Il se peut donc que je réorganise sa structure au cours de son enrichissement et des découvertes qui restent à faire.

  1. Thomas Guillemin, Isaac Papin (1657-1709) Itinéraire d’un humaniste réformé, de l’École de Saumur au jansénisme, thèse d’histoire sous la direction de Didier Boisson, Université d’Angers, 2015, 1100 p. []
  2. Sur Desmahis, voir Thomas Guillemin, « Du pasteur huguenot au chanoine janséniste : trajectoire confessionnelle de Marin Groteste Desmahis (1649-1694) », Bulletin de la Société Archéologique et Historique de l’Orléanais, 174, 2015, p. 23-47. []
  3. https://grhp.hypotheses.org/1016. []
  4. Thomas Guillemin, « Jalons pour une étude du corpus huguenot sur la tolérance au moment de la Révocation », in Didier Boisson et Susanne Lachenicht (dir.), Tolérance et intolérance des religions, Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 125, 2018/1, p. 33-44. []